Les femmes et les jardins. Quand changer votre vie vous amène au milieu des fleurs et des plantes

Les femmes et les jardins. Quand changer votre vie vous amène au milieu des fleurs et des plantes

SUSANNA FINARDI
J’ai rêvé de l’Afrique. Et je l’ai trouvé
Elle gérait les capitales et les gens, mais à un moment donné, elle se demandait si sa vie, comme un jardin, recevait peu ou trop d’eau. Elle voulait “faire une différence”. Ignorant que la vie, sans la connaissance du jardinage, l’aurait mise en position de planter des arbres. Susanna Finardi, 43 ans, mère néerlandaise, basée à Florence, est partenaire de la start-up Treedom. Comme dans la vie, comme dans un jardin, rien ne reste tel qu’il a été conçu, elle gère la plateforme web qui permet de choisir un arbre à planter (mangue, cacao, noix de cajou…), de le donner aux producteurs de pays comme le Kenya, Haïti, Burkina Faso et de suivre sa croissance en ligne.
Dans sa première vie, Susanna était impliquée dans la mode et la collecte de fonds. Il y a quelques années, la direction de Cospe onlus l’a emmenée au Sénégal pour un projet sur la culture des mangues. “Quand en 2010 j’ai rencontré Federico Garcea, fondateur de Treedom, je me suis demandé : pourquoi ne pas essayer Treedom au Sénégal aussi ? L’idée l’amène à une usine stable au démarrage. Aujourd’hui, elle continue à récolter des fonds pour son projet : toujours dans la pépinière, les arbres sont géolocalisés, photographiés et racontés ; le fait de les placer dans des plantations tropicales ou dans les orangeraies des terres confisquées à la mafia les rend à la nature et aux gens qui en tirent leur soutien. Elle aime à penser que les plants de café du projet qui vient d’être lancé au Népal font, grâce à elle, leur dernier voyage.

BEATRICE FONTAINE
Maisons et jardins historiques pour tous
L’ouverture et le partage sont les pierres angulaires de la nouvelle vision des dames du vert. Diplômée en Sciences Politiques et activité liée à la location de maisons chics à des étrangers, Beatrice Fontaine, 42 ans, originaire de Bologne, est propriétaire du Palazzo Fantini, la résidence aux murs et à la façade du XVIIe siècle en style baroque toscan à Tredozio, dans la province de Forlì-Cesena. Béatrice est également membre de l’Association des maisons historiques de la section Emilia-Romagna. Ici, comme à la maison, elle se bat pour la bonne cause de l’utilisabilité : “Le privilège de posséder une maison historique, qui fait partie du patrimoine culturel italien, doit devenir disponible pour partager. Béatrice, qui aime se reposer sous un blaireau dans les rares heures où elle est encore là, a passé toute son enfance au Palazzo Fantini : “J’ai compris que le jardin est comme un amour correspondant : si tu le nourris, il te rend l’amour pur”.

EMY PETRINS
Branches, feuilles, écorce : l’art est là
L’imperfection des éléments végétaux présents dans la nature au cours des différents cycles de vie attire également Emy Petrini, 50 ans, de Lucques, vers une nouvelle tanière. Ses études de scénographe et à l’Académie de Carrare l’amènent à ouvrir l’Officina, un espace d’art partagé dans une ancienne fonderie au début du XXe siècle, occupé par une robuste grue du modèle de Leonardo. Mais ce n’est pas suffisant.

En 2004, en compagnie de son croisement Indi, elle a commencé à errer dans les bois, en dehors de Lucca. Dans l’imperfection des branches, des feuilles et de l’écorce, elle trouve sa nature. En 2007, un cours de perfectionnement en fleuristerie, au Pays de Galles, a détourné sa vie. Emy vit aujourd’hui dans une petite ferme en dehors de Lucques, au milieu des vignes et des oliveraies. Dans le Spazio Officina elle compose et assemble. Le projet sur lequel ses mains se salissent s’appelle Rifugi : de grandes sculptures en saule en forme de tours vissées, de nids oblongs et de menhirs. Où parfois, même si ce n’est pas prévu, il y a une fleur.