Quand vous dites “changement de caractère”.

Quand vous dites “changement de caractère”.

Tout le monde dans la vie s’est fait dire qu’on avait changé, ou qu’on l’avait dit à quelqu’un.

Au-delà du changement physique et psychique naturel, c’est-à-dire l’évolution réelle de l’individu, lorsqu’une personne change de caractère, il y a deux raisons : soit elle a mis une superstructure (c’est-à-dire une défense), soit elle l’a enlevée. Dans les deux cas, il s’agit d’une tentative d’adaptation à l’environnement. Le changement est donc lié à l’adaptation.

Maintenant, le problème est que nous attribuons presque toujours à la personne un personnage qui n’est pas vraiment le sien. En fait, même nous ne nous connaissons pas pleinement nous-mêmes – à moins de faire un très long travail sur notre propre ombre – et nous passons souvent toute notre vie convaincus que nous sommes quelqu’un d’autre. Ainsi, face aux changements de caractère, nous sommes souvent stupéfaits : disons, par exemple, “Je ne comprends pas, il a changé”. Au lieu de cela, cette personne n’est pas qu’elle a changé… elle se révèle simplement, elle vous montre ce qu’elle est vraiment et que vous n’aviez pas remarqué (et peut-être même pas elle). Ou tu te défends contre quelque chose.

Habituellement, quand tu es enfant, au moins jusqu’à ce que tu ailles à l’école, tu te montres au monde pour qui tu es. Vous montrez aux autres votre nature, vos impulsions. Si alors ce personnage n’est pas accepté, nous apprenons à nous défendre en choisissant de ne montrer que ce qui nous donne un avantage (et en mettant tout le reste dans l’ombre, une ombre qui continue à se manifester à travers les rêves, les projections, les négations, les coups de colère, les névroses, les désirs, etc). Ce que vous faites quand vous étiez enfant, c’est le changement apporté par la défense, mais presque personne ne s’en rend compte… parce que c’est le monde autour de vous qui l’exige. Les fragilités qui ne sont pas acceptées ou dont nous avons honte doivent cependant, d’une certaine manière, être compensées par l’exagération d’un autre aspect de la personnalité, de sorte qu’il y ait un semblant d’équilibre.

Après de nombreuses années, quand la cage dans laquelle nous nous sommes enfermés quand nous étions enfants devient trop étroite, quand ces exagérations avec lesquelles nous avons essayé de nous adapter commencent à nous faire sentir mal, les premiers signes qui nous disent, à nous et à ceux qui nous entourent, que peut-être, en réalité, nous sommes beaucoup plus bas. Par exemple, une personne “trop bonne”, qui dans la thérapie florale correspond au type Centaury, est toujours gentille avec tout le monde, est servile, dit toujours oui, veut plaire aux autres. On pourrait dire qu’il a un caractère soumis, en réalité c’est seulement en apparence parce que le caractère soumis est là, mais c’est une défense : c’est cette défense qui a été créée comme un enfant pour se protéger de quelque chose (de la peur d’être seul) et qui est devenue chronique. Le vrai caractère de cette personne se trouve en dessous. Ainsi, quand elle n’aura plus besoin de satisfaire tout le monde, peut-être qu’elle commencera à se mettre en colère contre ceux qui font des demandes et qu’elle commencera à penser à elle-même, à faire ressortir son vrai caractère… et puis on dira qu'”elle a changé”… mais ce n’est pas qu’elle a changé, elle a toujours été ainsi, mais elle l’a été jusqu’alors, seulement qu’elle ne pouvait le manifester car elle se défendait contre ses craintes.

Il en va de même pour dire : “Cette personne a un caractère timide”. Eh bien, je crois qu’il n’y a pas de “caractère timide, il y a la honte, la peur de s’exposer, de se manifester au monde, parce qu’on est anxieux et on a peur d’être jugé… mais personne, à mon avis, ne peut avoir un caractère timide car si alors cette personne apparemment timide la met dans un contexte où elle est à l’aise… elle ne se sent plus timide. Comment ça se fait ?

Un discours différent mérite plutôt la nature de la personne : la nature est ce que vous êtes vraiment, votre potentiel, vos valeurs, vos rêves, vos désirs. Vous êtes cela : vous êtes votre nature et cette nature se manifeste chaque jour dans notre vie, mais parfois nous la déformons en créant les superstructures mentionnées ci-dessus.

Ainsi : ce qu’une personne manifeste, à tout âge, chaque caractéristique qu’elle montre, est toujours quelque chose qui était déjà là avant, il suffit de comprendre si cette énergie se manifeste dans un positif (c’est-à-dire constructif, sain, parce que l’individu suit sa nature) ou négatif (c’est une défense qui réprime la véritable nature du sujet). Mais personne ne pourra jamais faire de toi ce que tu n’es pas déjà. Personne ne sera capable de vous arracher quelque chose que vous ne possédez pas déjà.